home
© 2014-2018 Marika Lombardi
tel.(00 33) 01 40 53 89 15
e-mail: marikasl@noos.fr
Discographie
English Music for Oboe and Piano La Cathédrale Transfigurée 7 inni di Lutero a Roma Créations SOLO Diversions autour du hautbois

Brilliant Classics présente

 

"English Music for Oboe and Piano"

Musique anglaise pour hautbois et piano

 

Décembre 2017 – Musique de
Edmund Rubbra, York Bowen, Benjamin Britten, Herbert Howwels

 

 

Marika Lombardi et Nathalie Dang

Quelques-unes des plus belles compositions anglaises du début du 20e siècle pour le hautbois et le piano. Le timbre du hautbois convient parfaitement aux idéaux pastoraux de cette période et brille par son évocativité, tandis que la variété inattendue des compositions nous offre un disque aux sonorités diverses et virtuoses tant pour le hautbois que pour le piano.

Da Vinci Classics, Egea Distribution présentent

 

« La Cathédrale Transfigurée »

Improvisations sur la cathédrale engloutie de Claude Debussy pour piano et hautbois

Novembre 2017

 

Ivano Leva et Marika Lombardi

À 100 ans de la mort du compositeur Claude Debussy, « La Cathédrale Transfigurée » est un projet qui veut rendre hommage au génie de ce grand musicien français. Pour cela, nous avons choisi d'utiliser le charme de l'improvisation (pratique musicale à laquelle Debussy même aimait se laisser aller dans le but d'y trouver la vraie couleur des résonances du son, qu'il appelait "le cadeau de l'ouïe").

L'utilisation du hautbois et du piano - en improvisation libre - a permis de créer une palette sonore très riche et variée, construisant un nouveau parcours narratif toujours différent : c'est en quelque sorte un conte dont seul le début est connu grâce au matériel thématique de la pièce pour piano seul "La Cathédrale Engloutie" (Prélude n. 10 du 1er livre) de Claude Debussy. Il s'agit donc d'une création en temps réel ouverte aux plus imprévisibles contaminations sonores et artistiques.

 

Neuf morceaux merveilleux qui naissent à nouveau à chaque écoute. Difficile d'imaginer manière meilleure pour rappeler au souvenir l'un des pères de la musique du siècle dernier.

Egea Music

CONTINUO RECORDS présente

 

7 inni di Lutero a Roma

« 7 hymnes luthériens à Rome », improvisations en duo

2017

 

Marika Lombardi et Livia Mazzanti

CONTINUO RECORDS présente

 

« Créations »

 

2016 – Musique de
Antonioni, Campogrande, Dachez, Di Stefano,
Ghidoni, Gurvitch, Keay, Marcus, Montanaro

 

 

Interprété avec Nathalie Dang, Fanny Vicens, Filippo Mazzoli, France-Pascale Chevalier,
Maria Zaharia, Igor Kiritchenko, Jean-Baptiste Pelletier

 

« Créations » est un disque de musique nouvelle pour le hautbois à géométrie variable : seul, en duo avec un piano, avec un accordéon ou avec une flute, en trio avec violoncelle et piano, ainsi qu'en quintette avec violon, alto, violoncelle et contrebasse.

 

La plupart de ces pièces ont été créées entre 2013 et 2015 pendant le festival OBOE Paris, jouées par les mêmes personnes qui ont prêté leur talent à l'enregistrement de cet album.

CONTINUO RECORDS présente

 

“SOLO”

un double album dédié au répertoire baroque et contemporain du hautbois solo
 

2012 – Musique de

J.S. et C.Ph.E. Bach, M. Marais, G.Ph. Telemann B. Britten, B. Bettinelli,

L. Jalava, J. Rushby-Smith, T. Johnson, B. Kunc, R. Sibbing, O. Sommerfeldt

 

 

 

« SOLO » est un parcours musical et artistique autobiographique le long des itinéraires musicaux personnels et un parcours interprétatif spécifique. « SOLO » est le son du hautbois dans sa mélancolie et dans sa pureté.

 

Chaque pièce contenue dans ce double CD est, à l’origine, une partition que j’ai aimée par sa perfection et complexité; parfois la rencontre a été fortuite, entre un concert et l’autre, au milieu d’autres partitions dans un magasin de musique. J’en ai imaginé le son et je l’ai choisi. Certaines des pièces de ces CD n’ont jamais été enregistrées auparavant. D’autres font partie du répertoire des hautboïstes. Je les ai jouées en concert parce que je les aimais et elles ont plu au public, aussi il me semblait intéressant de les diffuser. Les deux CD représentent deux antipodes. Pour moi ce sont les deux styles de musique dans lesquels je me sens plus à mon aise et où je me reconnais expressivement.
 
À partir du disque contemporain, j’aimerais faire connaître des pièces nouvelles et les faire entrer dans le répertoire. En ce qui concerne la partie baroque, je voudrais tout simplement donner une vision nouvelle à des compositions qui ne sont pas à l’origine pour hautbois et qui, dans cette version, donnent à l’écriture, aux articulations, une signification différente et génèrent un nouveau son.
 
Par choix personnel, et de style, j’ai choisi de ne pas jouer toutes les Folies d’Espagne, ni toutes les Fantaisies de Telemann. J’ai exclu celles qui ne me semblaient pas si facilement transposables au hautbois parce que trop liées à l’écriture et au timbre de l’instrument d’origine (flûte ou viole de gambe).
 
Un fil conducteur lie les pièces de ces deux CD : la danse. Il y a longtemps, quand il a fallu choisir entre danse et musique, j’ai choisi la musique mais c’est encore la danse qui me lie à la musique. Ce disque parle aussi de ça…

 

Critique « CD Classico » (traduction)

Quand un interprète se trouve en « solo » face à son propre instrument, inévitablement, un défi contre lui-même ainsi que ceux qui vont l’écouter est déclenché, que ce soit dans une salle de concert ou devant une installation Hi-Fi. En pareille circonstance, l’interprète cesse d’être lui-même pour « devenir » l’instrument, chose tentée souvent en vain et avec frustration. C’est pourtant là le rêve qui a accompagné tout artiste depuis que le Romantisme a défini l'idéal de tout exécutant comme étant sa transfiguration en un médium, un « pontifex » (au sens étymologique le plus strict) permettant à l’auditeur de participer étroitement à ce que l’interprète et son instrument évoquent en un instant donné, au nom d’un catharsis qui est le lien suprême grâce auquel le mystère de toute œuvre d’art peut s’accomplir et se manifester. Il est toujours bon de se rappeler cela lorsqu'on va affronter « le rite de l’écoute ». Personnellement, cela m'est revenu après les premières minutes d'écoute de ce double CD de l’excellente hautboïste italienne Marika Lombardi. Elle affronte les difficultés d’un programme consacré à des morceaux de musique baroque et contemporaine, allant de Jean-Sébastien Bach (transcription de la Partita en La mineur), son fils Carl Philipp Emanuel (transcription de la Sonate en La mineur), Marin Marais (avec le thème et 18 des 25 variations des « Folies d’Espagne ») et Georg Philipp Telemann (transcription des fantaisies N°2, 6, 8 et 10). Entre le 1er et 2ème disque, un saut de plus de 200 ans est annoncé par la très rare et très raffinée « Étude de concert » de Bettinelli, les très connues « Six Métamorphoses d’après Ovide » de Benjamin Britten, l’irrévérencieux « Pirpana » de Lasse Jalava, les géniaux « Three crossings » [Trois Croisements] de Tom Johnson, la « Danse » de Bozidar Kunc, le « Monologue » de John Rushby-Smith, les 4 « Pieces » de Robert Sibbing et le « Divertimento » de Oistein Sommerfeldt.
Si on part du fait acquis que Marika Lombardi affiche la rare capacité de ne pas jouer de son instrument mais « d’être » un hautbois, au sens où le principe d’identification de son exécution lui permet de faire passer à travers cet instrument à vent ce que sa sensibilité d’artiste la pousse à exprimer – exprimer avant tout l’âme de ce que l’on veut entendre et projeter – (en langue hindi, l’âme est l’« atma » et en allemand, langue indo-européenne par excellence, respirer se dit « atmen »). On comprend, en l’écoutant, comment un grand interprète d’instrument à vent, en soufflant dans son instrument, transmet le souffle de son âme et l’âme de celui qui a composé le morceau.
Ainsi, donc, l’âme du baroque, à travers laquelle Marika Lombardi met un accent précis qu'elle utilise comme levier : le sens du rythme (mathématique), réussit à se fondre dans le phrasé harmonique, précis, ordonné (Bach père et fils) de même qu’il se dilue dans une recherche de fantaisie mélodique continue (Marais) et à se fondre comme une greffe qui parfois atteint un degré d’équilibre total dans la composition (Telemann). Il y a, d’autre part, l’âme du 20ème siècle (historiquement représentée uniquement par B. Britten) qui impose d’autres « respirations ». Personnellement, je ne suis pas d’accord avec la hautboïste qui écrit et affirme dans les remarques du livret : « les 2 disques représentent 2 antipodes ». Je les trouve tout au plus complémentaires. En ce sens : que si une grande partie de la musique baroque , qu’on le veuille ou non, a ses racines dans le principe de la « théorie de l’affect », la musique contemporaine, du moins en qui concerne certains courants précis d’intentions, se propose de représenter une « théorie des effets » (sans oublier cependant que la musique baroque comme la musique contemporaine sont éminemment riches en conventions, à la différence de la musique romantique, considérée en un sens par Glenn Gould, comme un « accident »). Mais, mises à part les divergences des musicologues, l’interprétation de Marika Lombardi reste émouvante et vraiment digne d’éloge tant elle est précise, passionnée et glaciale, ironique et dramatique, tendre et amère, voluptueuse et détachée. Elle nous permet de savourer et « respirer » l’esprit du langage sonore aussi bien du 18eme siècle que du 20ème – si lointains et si proches à la fois.
 

Andrea Bedetti

 

 
Commentaire sur "SOLO" de Marc Dumont (France Musique) :

« Un petit mail pour vous dire combien votre enregistrement m'a plu.
Entre les découvertes du 2è CD et les vertiges musicaux du 1er, j'y trouve un sens merveilleux de la phrase, du souffle et de la ligne musicale.
Merci. »

Commentaire sur "SOLO" de Nicola Campogrande (Rai 3 suite)
 
« Aujourd’hui, j’ai pu enfin prendre le temps d'écouter votre double CD : quelle merveille ! En effet, contrairement à ce à quoi je m’attendais, pas un instant, la tension tombe et minute après minute, le hautbois porte le coeur et l'esprit de l'auditeur d'une manière un peu magique. D'autre part, du fait que vous ayez choisi avec extrêmement d'attention cette musique nouvelle, elle dépasse celles qui sont à la mode, horribles et vieillottes, et elle nous permet d'entendre des morceaux vivants et intelligents .Je vais essayer d'en parler à la radio dans les prochaines semaines. En attendant, félicitations. A bientôt ... »
 

En vente via internet sur www.continuorecords.com ou Amazon.

« Diversions - Autour du hautbois »

Musique de compositeurs Néo-Zélandais contemporains


« Diversions - Autour du hautbois » contient un mélange unique de musiques de chambre composées pour, ou avec, le hautbois seul ou au sein d'un ensemble. Ce disque a été créé à l'initiative de Dominique Enon, à qui plusieurs de ces travaux ont été dédiés.

 

Le disque présente les travaux de compositeurs possédant un lien fort avec la Nouvelle-Zélande : tous y sont nés ou y ont résidé.

 

De plus, toutes les oeuvres présentes sur le disque ont été composés après 1999 et, même si elles sont très variées dans le style et l'esthétique, elles reflètent parfaitement la maturité de l'oeuvre d'ensemble de chacun des compositeurs représentés.
 

Vous pouvez télécharger ou acheter le disque depuis les liens suivants :